la matière et l'esprit

Publié le par Amandine

la matière et l'esprit

 

quelles relations possibles?

  • opposition : l'un contre l'autre
  • materira : bois de construction => matériau => expérience du travail > les corps
  • spiritus : spirare : souffler => idée d'abstraction, impalpable > l'âme
  • complémentarité mais supériorité de l'un ?

I - Matière et forme

Le travail comme mise en forme de la matière.

  • cause matérielle : le bois
  • cause formelle : la structure
  • cause efficiente : l'acte de mise en forem - artisan/artiste
  • cause finale : le but du travail

- La définition de la matière est d'être en puissance (indéterminé) # esprit, réalité intelligente, volonté

- Relation d'interdépendance = l'esprit se réalise en formant la maitère, la matière resterait indéterminée sans l'esprit. Sans la matière il n'y aurait pas d'oeuvre d'art. Ni sans inspiration (esprit).

- liberté = essence de l'esprit. Pour se manifester elle a besoin de son contraire : la nécessité. Sinon liberté creuse, vide.

- Les propriétés de la matière conduisent à la concevoir comme une substance, c'est à dire un support permanent.

II - Matérialisme et spritualisme

Qu'est ce qui existe vraiment ? Qu'est ce qui mérite le nom d'être ?

  1. Les fils de la Terre - les autochtones > les matérialistes

Le sensible : seul existe ce qui est accessible aux 5 sens, visible, tactile... > la résistance et le contact > les corps

Tout pensée est dépendante des sens.

      2.  Les amis des formes > les spiritualistes ou idéalistes

les corps sont temporels puis dans le devenir, pas de réalité véritable. la matère ne eput pas être un principe, un fondement car elle est le selsible et le sensible manque d'unité et ne peut pas être un principe d'ordre. Seul un esprit peut organiser la matière. l'esprit donne le sens de la situation.

III - Un exemple de polémique - Le conflit D'Holbach / Rousseau

1. D'Holbach, matérialiste allemand

L'homme appartient et évolue au sein de la nautre, il ne peut en sortir. l'homme est un être intégralement naturel. Dénoncer l'idée d'un monde surnaturel. Il n'existe rien au delà de la nature.

          - la surnature : le monde métaphysique

monde enfanté par l'imagination [imaginer : nier le réel sensible, le dépasser vers ce qui n'est pas actuellement] qui nous fait croire a des êtres transcendants qui sont des chimères.

          - la nature :

il faut former des "idées véritables", c'est à dire issues du "monde visible", animé par "une force universelle", organisé de façon immanente. Monde connu par expérience.

          - Conséquences éthiques :

prescriptions morales, interdictions + dévelipper l'étude de la nature pour découvrir qu'elle s'organise de façon immanente. Le bonheur doit see rechercher dans le monde sensible > athéisme. La société doit s'organiser sans référence à une transcendance.

          - Remarques critiques :

D'Holbach borne notre pensée au visible mais l'imagination n'est-elle pas aussi naturelle , donc légitime ? Pourquoi un être intégralement naturel imagine t-il un monde surnaturel ? Il y a peut-être un principe dans l'homme qui n'est pas intégralement naturel. L'expérience donne des résultats partiels.

2. Rousseau

présente la matérialisme comme une pensée diminuée, incomplète et fausse. Le matérialisme se borne au sensible, au visible donc à l'idée d'une causalité invisible. la matérialiste n'entend pas une voix intérieure. Rousseau compare le corps à une machine, la machine ne peut pas engendré la pensée. L'origine du mouvement n'est pas physique.

substance matérielle (le corps) + substance immatérielle (l'âme)

- existence de la liberté comme "principe de toute action" = cause première : le pouvoir de commencer

Critiques:

pas démontrer, elle est montrée comme une nécessité : il faut bien qu'il y ait une première cause + la liberté conue par un sentiment, or un sentiment peut-être trompeur.

Publié dans Philosophie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article