Histoire littéraire française : les mouvements principaux

Publié le par Alix

Cette fiche retrace brièvement les grands mouvements littéraires en France. Des exemples d'oeuvres clé seront précisés.


Rappel :Les Serments de Strasbourg (842) sont considérés comme marqueur de la naissance du français, langue romane issue du latin. En revanche, il faut attendre le XIeme siècle pour que l'ancien français obtienne son statut de langue écrite.

MOYEN AGE

L'épopée (XIeme au XIIeme siècle)


NB : L'écriture épique de l'Antiquité= poèmes narratifs longs, relatant des faits héroïques, où les héros guerriers cotoient le merveilleux (exp : intervention des dieux). Tradition orale, partagée par les aèdes.
[L'Iliade, l'Odyssée]

Au MA : On notera principalement l'existence de la chanson de geste : écrites en langue romane et transmiss oralement par les jongleurs et troubadours = rapport à la mémoire extrêmement fort, création d'une réelle identité littéraire nationale.
Célébrer les héros et les faits de guerre illustres, raconter les croisades (= en parfait accord avec le contexte)
Promotion des valeurs féodales-> récit du Bien combattant le Mal, existence de "bons" chevaliers nobles et courageux ->réels clichés, chevalier idéal...
Héros épique devient vecteur d'adresse à toute une communauté, tout le monde peut écouter et saisir les valeurs = relater une histoire pour se donner un point de vue, chercher une solution (raconter les croisades, mais pas uniquement pour le plaisir...)

NB: la matière de Bretagne : les Chevaliers de la Table Ronde, roi Arthur, quête du Graal
 [la chanson de Roland, la Geste du Roi]

Des épopées en langue romane : signe qu'il s'agit de simples divertissement, beaucoup moins élevés que les oeuvres en latin. Il faudra attendre 1530 pour qu'écrire en français ne soit pas signe de délation.


La littérature courtoise :

On parle de la fin'amor, ou amour courtois.
=art de vivre // art d'aimer (inspiré de l'oeuvre éponyme d'Ovide) + pas tellement opposé à l'épopée, dans le sens où l'Amour pousse à toutes les prouesses -> chaque exploit est un hommage pour la dame aimée.
L'amour courtois est réservé à la haute classe. De fait :
Clichés : le chevalier est beau, jeune, idéal, courageux, noble... Sa dame est en parfaite adéquation (critères de canons de la beauté : cheveux blonds, tailles resserrée, large front, tout est en équilibre, mesuré, assorti)
Parfois utilisation de la magie ou de la matière de Bretagne (fées, filtres, interventions d'allégories et autres....)
[le Roman de la rose, Tristan et Iseult, le Chevalier à la Charrette]

(Histoire à suivre)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article