Gobseck/Une double famille

Publié le par Alix

Gobseck/ Une double famille, Balzac

Les voix narratives dans Gobseck:

Deux types de narrateurs:

Derville intra-homodiégétique (il raconte dans l'intrigue une de ses histoires)

Gobseck: méta-homodiégétique (il est absent de la scène "cadre" (Derville qui raconte), mais personnage du récit relaté)

Choisir l'avoué comme narrateur permet:

-un effet esthétique créé par l'enchaînement des récits

-des notions de pédagogie destinées à avertir Camille

-le place en temps que défenseur

+ Un personnage issu du peuple qui traverse toutes les strates de la société; Balzac ne confie pas le flambeau narratif à n'importe qui: Dervlle est  compétent.

Rappel à Gobesck, également perso° efficace,->témoigne des ambitions didactiques de l'auteur.

Une Double famille: l'introduction de la nouvelle:

->incipit: descriptionr réaliste, focalisation sur un appartement, puis sur les deux protagonistes;

-jeu sur les points de vue: éléments mis en avant alors que sans grand intérêt= présentation de la classe ouvrière (à travers l'absence d'ustensiles entre autres), misérable->susciter de la pitié chez le lecteur. Misère métaphorique: la jardinière de Caroline->plantes malingres.. Travail acharné, pas de loisir-> toujours penchée sur le métier.

"vie ouvrière"= révolution industrielle suggérée; dimension socio-historiuqe, esthétique réaliste en temps qu'ambition;

décrire la maison= figure métonymique->décrire l'enveloppe pour présenter l'intérieur; la mère Crochard associée à la maison (psychologie immorale+ aspect fantastique: elle se fond dans le mur) opposée à Caroline sous une vive lumière->tristesse, douceur, paix+ valeur esthétique (clair/obscur)

-dimension didactique: présence du narrateur grâce à ses explications;

Une Double famille: la mort de Madame Crochard

1-caractérisation: une scène (temps du récit=temps de l'histoire); Mort de la mère->convoitise sur un héritage éventuel; comédie (comique de situation, de caractère et de moeurs) associée au drame.

2-procédés liés à la caractérisation: alternance dans le passage de narration-discours, description(peut amener à la caricature+ passages de tailles variées= caractérisation des personnages).. Qui crée une dynamique+ atmosphère créée, particulière.

-plusieurs types de discours/ jeu sur le temps/  focalisation dominante: omnisciente. Jeu sur les focalisations + narrateur: subjectif (exemple: "les discours mielleux et dévots"->ironique, péjoratif=jugement de valeurs). Testimonial (explique)+ aspect quasiment scientifique (aborde la physognomonie); narrateur juge, didactique et moraliste (évaluation des persos) qui possède une autorité. ->un roman sérieux

3-thèmes: hypocrisie religieuse (un abbé manipulateur), peur, mort, argent et cupidité, ..

4-composition: quand la servante va chercher l'abbé=ellipse (sommaire)/ Scène de la confession/aller-retour au salon (permet de centrer sur certains protagonistes).

= introduction du passage-saynète (accélération créée)-confession (rupture: nouveaux thèmes) salon bref-conclusion (accélération et ruptures avec la cruauté ->recherche l'argent pendant que la mère meure).

->évolution thématique+ Du comique au pathétique.

5-effets:

-comique grinant, satire, pathétique->couleur du texte en accord avec la composition.

6-fonction de l'extrait dans l'oeuvre:

->lecteur en attente d'un événement déclencheur, tension dramatique; la mort de la mère n'est qu'un prétexte.

7- pacte de lecture et perspectives;

->réalisme, ambitions didactiques et morales (auteur devient historien et sociologue)

-religion, nature humaine tournées en ridicule

-peinture des milieux sociaux à travers un voyage parmi toutes les classes: dévots de province: Caroline et sa mère/ dévots prolétaires: Crochard lors de sa mort/ dévots de la noblesse: Angélique

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article