Gorgias: Troisième dialogue

Publié le par Alix

 

DIALOGUE ENTRE SOCRATE ET CALLICLES ET MONOLOGUE DE SOCRATe (p209-302)

Calliclès est étonné par la conclusion de Socrate (celui estimant que l'Homme injuste ne peut pas être heureux).

Il comprend que Socrate remet en cause la vie des Athéniens: selon ce dernier, ils feraient le contraire de ce qu'ils doivent faire.

Quel genre de vie faut-il mener? Quelle place doit occuper la philosophie dans la vie de l'Homme?

Ton devenu polémique;

->plaire à quelqu'un= possibilité de se contredire pour le satisfaire; Socrate accuse Calliclès d'être un demagogue (démos= le peuple, la personne), qui flatte le peuple pour lui plaire: Calliclès serait incapable de s'opposer à la pensée commune et devient, influençable, hypocrite...= il n'a pas de morale.

->la philosophie est présentée comme l'ennemie de l'opinion publique.

=lutte entre l'amour de la vérité, de la sagesse, à l'opinion

il s'agit d'avoir une vision à la fois dialectique et synthétique, donc faire preuve d'un amour "libérateur", dit Socrate.

Comment fonder le juste et l'injuste, et au nom de quoi? (conflit entre la nature et la loi humaine)

"c'est avantageux d'être injuste, mais moralement, c'est laid".->selon la loi, mais pas selon la nature.

=>le faible est soumis aux désirs des autres, il subit l'injustice sans pouvoir y répondre.

D'où vient la loi humaine, si elle ne s'inspire pas de la nature?

Selon Calliclès, cette loi est l'expression de la force des faibles: la loi humaine n'a pas de qualités puisque le nombre prime: les faibles, une fois réunis, peuvent dominer les supérieurs par la force de la masse.

->les faibles craignent les forts, sont jaloux.

=justice faussée; La loi exprime l'intérêt des faibles, opresse (elle fait violence à la nature de certains -ici, les forts-)

Calliclès emploie la figure d'un Homme capable de renverser cette éducation de la loi, qui remettrait les vraies valeurs à leur place= Archélaos est "doué", selon lui.

Qu'est-ce que Calliclès entend par "nature"?

nature>phusis (physique)>phuein (croître, pousser).

=>chacun est différent; Calliclès s'appuie sur les animaux pour illustrer sa thèse:

La nature est l'ensemble de tout ce qui existe, avec des êtres plus grands, plus forts... Sa justice est donc universelle, alors que la loi humaine varie suivant l'environnement, le temps, créant des ethnies (ethnos: la race), plus ou moins fortes.

Pour Calliclès, la justice, c'est la force (droit du plus fort).

critiques:

->l'animal répond à des besoins naturels: ce qu'il fait ne perturbe pas la nature, mais la stabilise.

->l'Homme n'est pas poussé par l'instinct

->l'argumentation de Calliclès est raciste; il s'oppose à la politique qui a distingué l'ordre de la nature de celui de la loi: la loi humaine est le triomphe de la raison sur la violence.

->il néglige totalement l'égalité et parle d'un "complot des faibles". (isonomie: égalité devant la loi)

=>il existe une liberté commune, et donc politique=> Mettre la loi au-dessus de l'Homme et empêcher les caprices d'un tyran ou l'arbitraire;

REPONSE LONGUE DE SOCRATE (p218-...)

Qel genre d'Homme faut-il être?

Calliclès estime que supérieur, fort, ou meilleur, ont le même sens.

Socrate veut savoir qui est le plus fort; on lui répond la masse (néglige l'individu, donc.)

=la masse préfère l'égalité à l'inégalité (d'où la création d'une législation)

=l'égalité est donc naturelle; Le résonnement de Calliclès s'effondre; il s'énerve: être le meilleur n'est pas être le plus fort physiquement.

les meilleurs doivent avoir plus:

-les intelligents, les plus compétents, mais dans quel domaine?

exemple 1: le médecin. Un homme de raison, qui suit l'idée de régime, de mesure. Mais il ne doit pas recevoir plus de vivres, puisqu'il a le sens de la proportion!

exemples suivants: le tisserant, le cordonnier.. Doivent-ils nécessairement être les mieux habillés, les mieux chaussés? non.

D'où vient l'idée que le meilleur doit avoir plus? Que vaut-elle?

Calliclès pense aux "meilleurs" sur le plan politique: "des Hommes intelligents, courageux, qui savent s'occuper des affaires de la cité."= ceux qui ont une âme de chef, qui sauront diriger.

Qu'est-ce qu'une âme de chef? Un être capable de se maîtriser. Socrate répond: "des abrutis."

les valeurs d'un chef mises en avant par Calliclès sont la détermination à obtenir ce qui est bon pour lui, et la capacité à repousser ses limites, signe d'une âme forte.

On revient à l'image du tyran; pourtant, se maîtriser signifie savoir se brider, être esclave de soi: un esclave dirigeant d'autres esclaves, en somme.

Socrate répond que la vraie force d'âme, c'est la tempérance.

= les gens vivant dans la demesure possèdent une âme "écumoire", qui ne retient rien; les plaisirs s'évanouissent aussitôt une fois obtenus.

=>importance de la mémoire: les souvenirs fixent définitivement quelque chose, elle touche à l'immortalité.

P271: RUPTURE DU DIALOGUE

Calliclès se dérobe, mis en difficulté, contraint Socrate au monologue; Ce dernier explique qu'un Homme de bonne conduite allie les ressources personnelles et les ressources de sa propre cité. Il met en oeuvre les forces de son âme. Importance de la raison et de la mesure dans les 2 cas: Le bon gouvernement est celui qui règle son désir de pouvoir; une âme bien réglée pour une cité bien réglée.

Pour être heureux, il faut être juste et tempérant.

Inclusion de la valeur de l'amitié au second paragraphe; Platon s'élève à une dimension cosmique, où l'univers doit être régi par la raison, le cosmos (=raisonnement métaphysique).

L'Homme menant une vie démesurée s'exclut des autres, de la cité: il provoque la méfiance, et se condamne à une vie malheureuse.

Cosmos: ordre du monde, unité dans la distinction des éléments.

Chaos: abîme sans fond où tout est est déréglé. On ne peut s'accrocher à rien.

L'Univers est un équilibre en tension entre deux opposés: création du cosmos, de l'harmonie. Le cosmos est forcément l'oeuvre de la raison/de l'intelligence.

La nature humaine présente des inégalités: c'est à chacun de faire un effort pour que tous soient au même niveau.

 

 

 

 

 

 

Publié dans Philosophie

Commenter cet article