le vivant

Publié le par Amandine

Le vivant

 

I - Sens de la notion

Le vivant est lié à la vie mais de façon particulière.

- Le vivant = existant temporel > un organisme, un être "organisé" (Kant) > les hommes, les animaux, les végétaux > objet de science

- vie = idée générale, qui a plusieurs dimensions

L'homme est le seul qui a élaboré les sciences du vivant.

 

II - La connaissance du vivant

la physique étudie des phénomènes inanimés mais la biologie étudie des êtres.

"Ce qui n'est pas véritablement un être, n'est pas non plus un être" Leibniz

Un être véritable est celui qui possède une véritable unité. Les vivants sont des touts, ce ne sont pas des sommes d'éléments.

Un tout = ensemble ordonné, finalisé en vertu de sa loi interieure de formation.

LE TOUT (en politique : idée de peuple / en art : unité produite par l'esprit)

#

LA SOMME (être artificiel, montage d'éléments)

=> une unité concrète en vertu d'un principe interne de développement, chaque partie existe pour et par les autres.

* problème pour la connaissance du vivant : difficulté à connaître le fonctionnement du vivant.

On ne peut pas opérer un être vivant pour observer son fonctionnement sous peine de le tuer.

" Un organisme quelquonque constitue par sa nature un tout nécessairement indivisible que nous décomposons d'après un simple artifice intellectuel afin de le mieux connaître et ayant toujours en vue une recomposition ultérieure" Comte

 

III - Le vitalisme

=> affirme que l'analyse ne pourra jamais comprendre le vivant, aucune analyse ne peut réussir à le cerner > défend un principe de force vitale.

- médecine vitaliste fondée sur la confiance dans la nature, marquée par une méfiance vis à vis du pouvoir de la technique médical sur la vie.

=> reproche qui leur est fait de rester à un simple mot (force vitale) sans déterminer ce qu'est ce fameux élan.

 

IV - Le mécanisme

=> attitude scientifique qui consiste à essayer de connaître la constitution du vivant à partir de modèles comme les machines construites par les hommes. Utilisation d'automates, horloges...comme des modèles pour éclairer le fonctionnement des organes du corps.

Un modèle n'est pas une copie, idée de l'analogie c'est à dire le corps est comme une machine. On peut connaître le vivant par l'intermédiaire de machine.

=> Reproche qui leur est fait de nier l'originalité du vivant. Le vivant est engendré, pas fabriqué + question de l'évolution, de l'adaptation. Tout phénomène renvoit à la question de la finalité.

 

V - La finalité

Les lois de la physique (mécanique) ne peuvent pas expliquer le vivant. Le mécanisme fait appel à des forces motrices alors que le vivant à une force formatrice. La nature s'organise elle-même. Concept de la fin naturelle pour caractériser l'être organisé. Ils agissent de manière finalisée pas au hasard.

=> le vivant peut juger, évaluer, sélectionner (inconscient chez l'animal : instinct)

Mais la finalité risque d'être une fausse expliquation. On risque de confondre un organisme avec le produit de la vie humaine. Le raisonnement de la finalité ne peut servir que de fil conducteur dans nos recherches sur la nature mais en réalité ce n'est pas vraiment une expliquation => jugement réfléchissant

> la physique s'est développée en écartant la question du but.

=> le vivant a une conduite finalisée.

BUT # FIN

 

 

Peut-on comparer le vivant à une oeuvre d'art ?

 

          Le vivant est un être organisé. Cette organisation provoque un certain étonnement : "la nature est bien faite..." On conçoit l'activité de la nature sur le modèle d'une opération technique [tuktos = bien ajusté, assemblé]. Sorte d'harmonie peut alors s'y ajouter l'idée de beauté. Impression légitime ? Est ce que cette comparaison ne repose pas sur une préjugé anthropomorphique ? Illusion ? 

 

I - Expliquer les raisons de cette comparaison

- concept d'être organisé (un tout pas une somme)

Dans le vivant comme dans une oeuvre d'art toutes les parties ont un lien interne, elles ne sont pas juxtaposées.

- l'oeuvre du génie + idée d'un dieu

Les êtres vivants sont si bien faits qu'ils ne peuvent pas être le fruit du hasard. le vivant comme l'oeuvre d'art est le fruit d'une volonté. N'est ce pas abusif ?

 

II - Critique de l'anthropomorphisme ?

=> critique de la personnification de la nature ;

=> raisonnement qui se laisse abusé par des ressemblances extérieures ;

=> pas de providence qui gouverne la nature - histoire de contingence, circonstances...

 

III - Un usage réfléchi concernant le jugement de l'oeuvre d'art

comparaison pas une identité

Publié dans Philosophie

Commenter cet article