le Gorgias: préambule et premier dialogue.

Publié le par Alix

 

Préambule: début à p126

I)thème directeur:

Il s'agit de la rhétorique, et savoir ce qu'elle est réellement. Socrate ouvre la controverse.

II)l'attitude des personnages:

Allure critique pour Socrate: il évalue le discours de Polos, lui fait des reproches.

Gorgias apparaît comme un orateur brillant, mais Socrate lui exprime très clairement son refus quant à de telles pratiques: il ne veut pas d'une conférence et pose des règles différentes de celles de la démonstration. (= comment bien parler?)

Selon Socrate, les conférences séduisent, sans donner l'essentiel. Il faut cerner l'essence d'une chose (ici la rhétorique).

III) caractère tragique:

Calliclès dit être "charmé" par Gorgias: il sera le plus acharné face à Socrate. Au final, il ne l'écoutera même plus.

PREMIER DIALOGUE: SOCRATE ET GORGIAS:

(des pages 126 à 154)

Socrate exprime ses conditions quant à la manière de parler. Platon en profite pour tourner en ridicule l'orateur: il a l'air prétentieux, emphatique, imprécis.

Quel est l'objet de la rhétorique?

Début d'une étude de la rhétorique et première réponse de Socrate: elle porte sur les discours. Il faut donc savoir de quelle espèce sont lesdits discours= enquête

[la dialectique: méthode de recherche qui a pour moteur le dialogue]

Tous les discours ne s'attachent pas à la rhétorique (ex: discours médicaux)

Quelle est la spécifité de l'orateur?

Gorgias annonce que la rhétorique est un art qui ne comporte rien de manuel, un savoir-faire, que l'on n'acquiert qu'avec des exercices en suivant des règles.

[art=métiers, pratiques, techniques]

=dimension pragmatique du langage (la parole devient un instrument)

Il pense que la rhétorique est le meilleur des arts. =classification des biens suprêmes pour l'Homme >>>>>>>>>< QUEL GENRE DE VIE FAUT-IL MENER?

Socrate introduit l'opinion du peuple pour montrer que les orateurs bloquent la mentalité traditionnelle: il montre l'opposition entre les traditions et les discours oratoires.

Phénomène des prétendants par rapport aux biens suprêmes: chacun dit être le meilleur à cause de son art: le médecin parce qu'il préserve la santé, le professeur de gym pour son entraînement des corps et les rendre beaux, l'homme d'affaires pour la richesse.

La rhétorique inclut un phénomène de domination: l'orateur a le pouvoir.

Elle produit la conviction: Socrate n'accuse pas Gorgias, mais la discussion, il est donc ironique puisqu'il met en cause son interlocuteur de manière indirecte.

Quel genre de conviction produit la rhétorique?

La rhétorique fait croire sans faire connaître. Le savoir étant plus fort, il dévalorise la rhétorique. La croyance est aléatoire, instable, sans fondements. La rhétorique s'appuie sur les apparences.

[Sophiste: maître des apparences]

Quelle est l'étendue de la rhétorique et son pouvoir?

Elle paraît essentielle à la prise de décisions. Elle doit être un moyen de tout aborder. Le vrai doit être croyable. (parler de # parler à).

Gorgias cherche à innocenter la rhétorique, à effacer le mal qu'elle peut causer: selon lui, il faut faire de la rhétorique un emploi légitime. Il paraît innocent.

Qu'est-ce qu'enseigne le maître? Seulement la technique ou tente-t-il de lui associer une dimension morale? Où s'arrête sa responsabilité?

La responsabilité de l'élève est en jeu.

L'orateur a-t-il connaissance du bien, du mal, du juste, de l'injuste, du beau et du laid?

Il enseigne  l'art de manier les apparences et persuade. Gorgias prétend avoir une connaissance des valeurs morales.

Enseigner la justice= former des hommes justes. Donc le maître de la rhétorique connait lui-même les valeurs judiciaires: il ne forme que des techniciens soucieux d'efficacité.

La rhétorique ne connait que des rapports de force. Elle est indifférente aux valeurs morales.

 

 

 

Publié dans Philosophie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article