La socialisation dans la petite enfance

Publié le par Alix


I- Généralités:

socialisation: apprentissage d'un ensemble de connaissances et de modèles de conduite, permettant à l'individu de s'intégrer dans le réseau conflictuel des relations sociales.

->l'individu comme passif: il apprend des autres + création d'une relation alter-ego (apprendre/donner).

II- Etablissement de la "relation objectale" (Spitz):

Spitz étudie dans un premier temps la relation mère/enfant
->la période la plus importante de l'Homme est fixée de 0 à 6 ans car développement des cellules psychologiques.

Théorie de la relation objectale:

objet: tout ce qui est représenté à la conscience par nos organes de sens.
=création d'une relation sujet/objet.
Pour le bébé, cette relation n'existe pas: il ressent une unité, impossible pour lui de concevoir une séparation (adualisme).

relation objectale primitive: l'enfant commence à comprendre le clivage entre lui et sa mère. Il y a plusieurs étapes destinées à l'aboutissement de l'organisation du Moi.

Mise en évidence de 3 organisateurs:

-sourire (3mois)
-angoisse (8mois)
- phase du "non" (2 à 3 ans)

Spitz aborde également la notion d'hospitalisme: l'enfant doit être relié affectivement à une personne référente (il peut également s'agir d'un substitut maternel). ->risques de carences affectives si manque, les soins physiques ne suffisent pas.

cf Gestalt-signe: si un masque aux traits humains est présenté à un nourrisson, il va réagir comme face à un visage adulte: réaction innée.

Soit 3 étapes depuis la naissance:
l'enfant est angoissé>l'enfant utilise sa mère comme repère> la relation objectale l'aide à surmonter son angoisse.


III- Théorie de Bowlby: le comportement d'attachement.

Il estime que l'enfant nait avec un comportement d'attachement, il est inné.

->de 3mois à 5 ans, l'enfant angoisse si sa mère est absente.  L'attachement l'aide à supporter cette anxiété;

=il s'appuie sur des travaux ethnologiques, l'animal pouvant également faire preuve de notions d'attachement.
ex:phénomène de l'empreinte filiale= les bébés suivent leur mère dès la naissance (ex: des poussins à la sortie de l'oeuf. Si la mère est remplacée par un objet, ils le suivent tout de même (cf Lorenz).

->Nécessité de se cramponner à quelque chose.
ex: expérience d'Harlow sur bébés singes->on leur soumet des mannequins avec fourrure, ou fournisseurs de lait, ou berçant le bébé. Il va se cramponner à la fourrure.

IV-l'importance des pairs:

->idée de départ: l'enfant en bas age conçoit les autres comme des pierres.
->développement de la théorie: dès 7 mois, l'enfant présente un désir d'activité mutuelle, réciproque avec autrui.
-> 2 à 3 ans: interargit de manière simple (avec objet) ou complexe (sans objet).

*Découverte du phénomène d'imitation des autres-> importante pour le développement (ex: l'apprentissage de la langue) + création de l'esprit de compétition.

critique de Spitz: on ne peut pas établir des stades strictes du développement de l'organisation du Moi.

->disposition des comportements comme organisateurs. Un simple geste peut en entraîner un autre.

Publié dans Psychologie sociale

Commenter cet article