Platon - La République : La vertu & la justice

Publié le par Amandine

La vertu comme force et retenue.

La vertu formule des interdits, exclue de possibilités d'action et cette exclusion est source de puissance. Cette idée est en contradiction avec l'opinion courante qui pense que la vertu est une limitation, l'incapacité d'agir, une faiblesse face celui qui est sans scurpules.

[voir le mythe de l'anneau de Gygès, Rép., II, 359, c]

Ce passage montre qu'on cesserait de s'occuper de la justice si on pouvait espérer l'impunité. La justice est une pression de la société sur l'individu. Donc la vertu de justice pourrait être une forme d'impuissance de l'individu qui devrait se conformer aux lois.

« On ne pratique la justice que malgré soi et par impuissance de commettre l'injustice »

Dénonce une hypocrisie qui pousse autrui à être honnête pour en étant soi-même malhonnête profiter de la situation. 

L'homme juste est incapable de faire le mal, mais justement c'est une puissance, une force. La limitation des désirs donne consistance, liberté, force et indépendance à l'individu.


Quand la raison ne commande pas, la vie n'a pas d'intérêt. Être vertueux c'est être identique à soi-même, sa nature. Il faut être fidèle a des valeurs, devenir un autre sur le plan moral est se perdre. Car ce que je fais peut affecter ce que je suis.] intégrité (= puissance) # vivre selon ses caprices (= vivre dans la dispersion onthologique, être disloqué)

 

Celui qui agit selon son caprice est caractérisé par la faiblesse. Les hommes injuste sont incapables de coopérer avec les autres. Cela semble infirmer par l'expérience, car les méchants agissent ensemble, si les méchants étaient à 100% injustes il ne pourraient nuir car ils seraient désorganisés or existence de mafia fidèle et organisée. L'injustice est impuissante par incapacité de coopérer.

L'injustice est ignorence.

« Le luxe, l'incontinence et la liberté, quand ils sont soutenus par la force constituent la vertu et le bonheur. »

mais images du tonneau percé et de la gale => renaissance permanent du désir, asservissement selon Platon


La justice n'est pas égalitaire.

La fonction d'une chose est ce qu'elle fait seule.

La justice implique une division du travail, donc une hiérachie.

Chaque individu doit exercer la tache qui lui est propre, la justice n'est pas égalitaire mais il faut donner à chacun selon son mérite.

Justice communtative # justice distributive

En général, on peut penser que certaines formes de justices s'appliquent dans certains domaines (ex : égalité des chances, mais pas égalité des peines). Cela pose le problème de l'unité de la justice.

Dans le domaine de l'éducation tout le monde n'a pas les même droits. Il faut faire le lien entre la compétence et le commandement. Or les jugements politiques sont souvent de l'ordre du culturel. Peut-on calquer le modèle politique sur le modèle famillale?

Pour Platon, la justice consiste en la possession de son propre bien et de sa fonction propre. Pour faire une cité unie, il faut que tout le monde accepte les mêmes valeurs. Et donc reconnaître la supériorité des chefs, car chacun a une seule tache selon son naturel et son éducation. Ceux qui produisent (les artisans) ont alors une compétence politique nulle. La compétence est le fruit d'une éducation spécialisée (à la fois intellectuelle et morale).

Pour éviter que la calipolis dégénère, il faut éviter la confiscation du pouvoir par les dirigeants, éviter que la position de chef corrompe celui qui l'occupe, car la situation de pouvoir est une situation de tentation.

« il faut que par la disposition des choses (càd la Constitution) le pouvoir arrête le pouvoir » Montesquieu, L'esprit des lois

Pour éviter qu'ils éprouvent ce désir de pouvoir personnel, il faut selectionner les caractères les plus vertueux. Le jeu par exemple, est un procédé éducatif qui permet de mettre en mouvement les facultés des élèves tout en étant un procédé de sélection.

L'homme injuste doté de pouvoir sera encore plus injuste.

Celui qui ne se gouverne pas, aura d'autant plus de mal à se gouverner avec les mains libres grace au pouvoir.

=> Pour Platon la justice implique un ordre hiérarchisé + un état d'ensemble au sein duquel chacun a sa place + élaboration d'un processus de sélection


Comment définir la justice ?


- la justice est la vérité et rendre à chacun ce qu'on a reçu de lui
Mais il faut que cette définition s'applique à toutes les situations, or contre-exemple avec les armes.


- l'homme juste serait celui qui veille à ne pas nuir aux autres à condition que les autres soient ses amis
principe de réciprocité : rendre le bien qu'on a reçu et le mal dont on a souffert
La justice serait donc une question d'amitié? Ou faut-il être juste avec tout le monde ?
L'art appelé justice rend services aux amis et des dommages aux ennemis > alors vertu utilisé seulement en temps de guerre > car il est juste de nuir à ses ennemis.
Qu'est ce qu'un ami?
On est pas toujours clairvoyant sur notre relation à autrui, nous prenons parfois nos ennemis pour des amis et vice-versa. L'ami est réellement un homme de bien sans se contenter de le paraître.
Il faut faire du bien à un ami qui est bon et du mal à un ennemi qui est méchant.
Or pour être juste il faut parfois faire du mal à quelqu'un.
Platon, nous dit que c'est faux. C'est mal en apparence seulement mais la justice ne saurait être nuisible. Pour Platon, le monde est ordonné selon le bien, l'action bonne produit de bon effet.
Mais peut-être que l'action bonne peut être sans effets? ...
La punition est toujours thérapeutique, cela peut être bon sans être agréable (bien # agréable)
Mais la prison peut détruire. La punition peut être nuisible.
3 arguments : protection, dissuasion, expiation (religieux ou émotionnel)


- La justice est l'interêt des gouvernants, càd des plus forts.
Mais les gouvernants ne sont pas infaillibles, ils peuvent faire de mauvaises lois.
A faire la distinction entre justice légale (selon la loi) et légitime (selon les idées).
Le chef doit proposer une loi utile à ceux qu'il gouverne non à lui-même.
La justice est la vertu de l'âme et de la cité. La vertu est la propriété caractéristique, c'est aussi la capacité à bien remplir sa fonction. La fonction d'une chose est ce qu'elle fait seule ou mieux que les autres (ex : oreilles)
La justice est une fin en soi, en la pratiquant pour elle-même on peut atteindre parallèlement le bonheur.
L'exigence de la justice peut apparaître menaçante pour le vulgaire. Mais vie heureuse # vie agréable. Platon est ici eudémoniste (< eu-daimon = heureux) > philosophie du bonheur. Le bonheur est résultat d'un exercice, il faut dépasser le corps.

 

Publié dans Philosophie

Commenter cet article