Platon - La République : L'art

Publié le par Amandine

L'art, moyen d'éducation et de connaissance?

Platon ne loue pas toutes les formes d'intelligence. Seulement l'intelligence au service du bien.

L'intelligence n'est pas toujours employée vers des fins bonnes. D'où la nécessité d'éducation morale en même temps qu'intellectuelle.

=> On pourrait peut-être rendre présent l'idée du beau par l'art?

Pour Platon, il faut interdire au poète tradtitionel l'accès à la callipolis, de même que les arts imitatifs.

Les 3 formes d'imitation :

  • l'ouvrier qui fabrique un lit, production d'une chose sur un modèle.

  • La technique est une forme d'imitation mais l'artiste qui fabrique le monde à partir d'idées est une imitation légitime.

  • le peintre et le miroir, imitation des apparences, vain et nuisible selon Platon, car eux nous engluent dans le sensible. Ils recopients les apparences dont ils ne connaissent pas le monde de création, ils sont ignorants. On est encore plus fasciné par l'apparence imitée que la réalité ce qui est ridicule.

Les oeuvres des imitateurs sont éloignées de 3 degrés de la réalité.

Ainsi Homère est creux, dépourvu de consistance, il ne dit pas ce qu'il faut faire.

La poésie n'a rien à enseigner pour Platon. Elle emeut donc elle n'est pas bonne car elle met en mouvement la sensibilité et donc empêche l'éducation.

Or Platon utilise des mythes et des histoires dans la République, ce qui semble contredire cette affirmation concernant la poésie.

Mais non, car lorsque le sensible est au service de l'intelligible, il est un outil pédagogique. Ce n'est donc pas contradictoire, tant qu'il est dans les mains du philosophe.

Suciter des émotions par un récit ou la poésie distrait l'âme, stimule sa partie basse et donc empêche de nous élever au concept, selon Platon.

 

Publié dans Philosophie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article